KPI logistique : comment mesurer les performances d’un entrepôt ?

Accueil » Dossier : améliorer les performances et la gestion d’un entrepôt logistique » KPI logistique : comment mesurer les performances d’un entrepôt ?

La gestion d’un entrepôt logistique est une science. Avant même de pouvoir améliorer la productivité de son entrepôt, il faut pouvoir en mesurer ses performances au moyen d’indicateurs de performance, les fameux KPI logistiques. Le suivi des indicateurs clefs dans le temps permet d’obtenir des éléments de comparaison. Sur un an, on obtient une visibilité sur les progrès accomplis au delà des éventuelles variations saisonnières. Il est ainsi possible de piloter la performance de l’entrepôt.

Les 5 indicateurs de performance les plus importants pour un entrepôt logistique

Si vous ne devez retenir que 5 indicateurs, ce sont ceux là. Il faut les surveiller comme le lait sur le feu. Ils permettent de créer un tableau de bord de suivi logistique facile à suivre. En un coup d’oeil, vous savez si la situation est sous contrôle. Chaque KPI logistique doit cependant répondre à une réelle exigence métier.

1- Le taux de service logistique

Le taux de service c’est le rapport du nombre de commandes livrées dans les temps sur le nombre de commandes totales reçues. 

Exemple : sur une période déterminée, si vous avez reçu 200 commandes et que 180 ont été livrées dans les temps, votre taux de service est de 90% soit (180/200)x100

Pour que ce kpi logistique soit exact, vous devez être en mesure de suivre le nombre de colis livrés dans les temps. A défaut de moyen de suivi fiable, vous pouvez vous baser sur le nombres de commandes préparées dans un laps de temps prévu en pondérant ce laps de temps en fonction de la difficulté de préparation de la commande (charge lourde, nombre de références etc.)

2- Le taux de disponibilité

Cet indicateur correspond au pourcentage de produits disponibles pour le client à un moment donné. Il mesure la disponibilité du stock. 

Exemple : sur les 500 produits présents au catalogue, 470 sont disponibles actuellement. Le taux de disponibilité est de 94%.

3- Le taux de rotation des stocks

Le taux de rotation des stocks permet de savoir le nombre de jours moyen que vos références restent en stock avant d’être vendues. Plus le taux de rotation est élevé, meilleure est la performance.

Pour obtenir cet indicateur, vous devez d’abord calculer la valeur du stock moyen qui correspond au stock du début + stock de la fin ÷ 2. Ensuite, vous devez calculer le taux de rotation qui est égal au chiffre d’affaires / valeur du stock moyen au prix de vente.

Exemple : Si votre stock en début d’année est de 10 000 € et que le stock en fin d’année est de 5 000 €. Alors votre stock moyen annuel sera donc de (10 000 + 5 000) ÷ 2 = 7500 €

Si vos ventes HT sur l’année sont de : 100 000 €, alors votre taux de rotation des stocks sera de : (100 000 € / 7500 €) = 14,6. Votre stock a été renouvelé près de 15 fois pour réaliser votre chiffre d’affaires.

4- Le taux d’occupation

Le taux d’occupation permet de connaitre le pourcentage d’espace disponible dans votre entrepôt. Il se calcule en divisant le volume moyen stocké par la capacité totale de l’entrepôt.

Pour être efficace, un entrepôt de ne doit pas être trop plein. On considère généralement qu’un taux de 80% est un bon objectif.

5- Le taux de démarque

Cet autre ratio logistique mesure le poids des pertes de produits liées à la démarque totale (connue – casse, produit périmé… ) et inconnue – vol…). 

Le calcul du taux de démarque est le rapport entre la valeur de la démarque au coût des ventes sur la valeur de stock totale.

Autres KPI logistiques complémentaires

analyse de KPI logistique par deux employés dans un entrepôt
Un audit de votre entrepôt vous permet d’identifier quel KPI logistique choisir pour un pilotage efficace

Les logiciels de supply chain fournissent généralement un grand nombre d’indicateurs. Voilà une liste non-exhaustive de ces indicateurs clefs de performance logistique :

✔︎ Gestion des entrées de marchandises

Taux de mouvement des quais vers les stocks : mesure le nombre d’heures moyen nécessaire au processus de réception de marchandises. Il reflète la capacité opérationnelle de l’entrepôt à convertir les marchandises reçues en stocks enregistrés.

Réceptions et lignes de réception réalisées par heure : indique le volume de produits reçus et accusés par heure.

✔︎ Gestion des sorties de marchandises

Taux d’exécution des commandes : mesure la relation entre les entrées et les sorties de commandes.

Durée de cycle d’une commande interne : indique le temps nécessaire pour qu’une commande soit complétée.

✔︎ Gestion des stocks

Commandes en attente : reflète les commandes que l’entrepôt a reçu et qui sont en attente de préparation suite à une rupture de stock.

Écart de stock : différence entre le stock enregistré sur le logiciel et le stock réel.

✔︎ Gestion des commandes et du picking

Précision de la préparation de commandes : c’est le pourcentage de commandes traitées sans erreur

Les indicateurs clefs utilisés par les experts

L’édition 2016 du sondage WERC indique que les 6 indicateurs les plus suivis par un panel de professionnels de la logistique sont :

  • Ponctualité des commandes livrées
  • Taux de remplissage moyen
  • Précision de la préparation des commandes
  • Cycle horaire d’un quai à un autre 
  • Niveau de service horaire
  • Nombre d’employés contractuels par rapport à l’effectif total

KPI logistique : les grandes catégories d’indicateurs

Chaque entrepôt est sujet à des contraintes spécifiques. Il convient à chaque gestionnaire de bien choisir son KPI logistique selon les objectifs de l’entreprise ou sa vision. Certains critères liés au développement durable ou au bien-être au travail peuvent être prépondérant selon les cas.

Les grandes catégories de KPIs logistiques sont :

Indicateurs de sécurité : ils concernent les accidents humains, le temps passé par incident signalé, en taux de bris d’équipement, de composants endommagés dans les racks…

Indicateur de stockage : roulement des stocks, coût de stockage de la marchandise, productivité du stockage…

Productivité : taux horaire des commandes, coût par article, rapidité d’expédition des commandes.

Satisfaction : des travailleurs, des partenaires, des fournisseurs ou des clients.

Main d’oeuvre :  bien-être des employés, heures supplémentaires effectuées, absentéisme, le taux de roulement annuel des employés…

Coûts : coût de stockage, coût des appareils de levage, des rayonnages lourds et palettiers

Développement durable : des objectifs liés à la consommation d’énergie, d’eau ou d’emballages, la réduction de la consommation d’électricité ou l’empreinte carbone de l’activité logistique sont autant d’éléments à surveiller avec des indicateurs adéquats.

Z

10 ans d'expérience

Livraison en France

Stocks permanents

Prix compétitifs